Return to site

OUI à la sortie programmée du nucléaire

Communiqué de l'alliance climatique du 14 novembre 2016

Les conséquences pour le climat font partie des sujets abordés dans les débats autour de la votation sur l'initiative populaire "Pour la sortie programmée du nucléaire" du 27 novembre 2016. En conséquence l'alliance climatique a décidé de prendre position et d'expliquer pourquoi un OUI à l'initiative est également positif pour le climat.

Une protection efficace du climat implique une transformation du système énergétique
L'Alliance climatique s'engage en faveur d'un approvisionnement énergétique 100% renouvelables et une meilleure maîtrise de la consommation (Masterplan climat Suisse). L'énergie nucléaire n'est pas une solution d'avenir. Elle entraîne des problèmes similaires à ceux des autres énergies fossiles:

  • Prise en considération insuffisante des risques et des coûts:
    Les coûts d'une catastrophe ne sont pas couverts et il n'existe aucune solution pour le stockage à long terme des déchets radioactifs.
  • Les faux espoirs:
    Depuis des décennies des solutions miracles sont annoncées dans le domaine des énergies fossiles et du nucléaire qui ne sont pas viable d'un point de vue technique et économique (centrales au thorium, fusion nucléaire, capture et stockage du carbone entre autres exemples).
  • Les alternatives sont sous estimées:
    Les potentiels des énergies renouvelables ainsi que de l'efficacité énergétique et du stockage sont systématiquement minimisés. Pourtant de nombreux scénarios énergétiques démontrent déjà qu'à l'avenir le nucléaire et les énergies fossiles ne seront plus indispensables. Les projections de l'EPFZ, de Swissgrid ou même de l'Association des entreprises électriques suisses le confirment.
  • Des conséquences environnementales inacceptables:
    Le nucléaire possède peut être un bilan carbone légèrement meilleur que celui des énergies fossiles. Mais l'impact environnemental de cette industrie est nettement plus dévastateur.

L'initiative n'a pas d'impact sur le bilan carbone de la Suisse
Actuellement, le bilan carbone de l'électricité utilisée en Suisse représente plusieurs millions de tonnes de CO2 et n'est que très faiblement lié à la production indigène. L'essentiel des émissions de gaz à effet de serre lié à l'électricité consommée dans le pays vient du mix électrique du courant importé, qui est produit avec des sources énergétiques fossiles. Les entreprises électriques vendent la production des barrages hydrauliques à l'étranger et se procurent du courant sale sur le marché européen. L'Alliance climatique soutien une taxation de cette électricité issue de sources fossiles. Certains fournisseurs, notamment ceux de Genève, Lugano, Bâle ou de Zurich, proposent déjà de pouvoir choisir du courant attesté comme étant 100% renouvelable. Cette offre s'accompagne d'investissements massifs dans les énergies propres à l'étranger. L'impact climatique de la consommation d'électricité peut donc être réduit sans recourir au nucléaire.

Les autorisations illimitées freinent la transition énergétique
Le principal défaut que connait actuellement la transition énergétique c'est que les centrales "conventionnelles" ne sont pas mises à l'arrêt malgré l'essor significatif des énergies renouvelables. Cela entraine une surabondance d'électricité, une dépense de CO2 superflue et un effondrement des
prix. Les prix bas réduisent la rentabilité des mesures d'efficacité énergétique et font du tort au secteur de l'hydroélectricité. Ils entrainent également un renchérissement du développement des énergies renouvelables. Une sortie programmée du nucléaire permettrait de lutter contre ce trend. Un maintien des autorisations d'exploitation illimitées des centrales nucléaires continuera de retarder la nécessaire transformation du système énergétique.

Les centrales nucléaires tout comme celles à charbon manquent de flexibilité pour fonctionner dans un système d'approvisionnement avec beaucoup d'énergies renouvelables, car elles ne peuvent pas compenser rapidement les fluctuations de ces dernières. La Suisse possède par contre un grand nombre d'ouvrages hydroélectriques qui sont parfaits pour remplir ce rôle. L'importance de ces barrages pour la Suisse serait renforcée avec un OUI à l'initiative "Pour la sortie programmée du nucléaire".

La lenteur avec laquelle les centrales fonctionnant avec des énergies fossiles sont mises hors service provient essentiellement du manque de volonté politique et du fait que les coûts liés aux émissions de CO2 sont systématiquement minimisés. Elle n'a par contre rien à voir avec la sécurité de l'approvisionnement. La mise en pratique de l'Accord de Paris devrait obliger nos voisins européens à mettre à l'arrêt leurs centrales fonctionnant avec des énergies fossiles.

Contact:
Georg Klingler, 079 785 07 38, Coordinateur de l'alliance climatique (en allemand)
Christian Lüthi, 076 580 44 99, directeur de l'alliance climatique (en français)

L’ Alliance climatique suisse rassemble 67 organisations actives dans les domaines de l’environnement, du développement, des questions sociales ainsi que la politique et la religion.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly