Return to site

La place financière, un refuge pour les investissements nuisibles pour le climat?

Communiqué de presse de l’Alliance climatique Suisse du 31 janvier 2018

Aujourd'hui, le groupe d'experts de la Commission européenne sur le financement durable a publié son rapport final. Les exigences sont considérables et placent les secteurs financiers européens dans l'obligation de participer à un avenir respectueux du climat. L'Alliance climatique Suisse soutient toutes ces exigences et y voit un grand besoin d'action en Suisse.

Les recommandations du groupe d'experts de la Commission européenne sur la finance durable montrent que, dans un avenir proche, la Suisse, comparée à l'UE, sera à la traîne face aux risques climatiques.

«En tant que grande place financière, la Suisse agit avec négligence aussi longtemps que les décideurs ne tiennent pas compte des risques climatiques existants. L'accumulation de risques climatiques renforce le risque que la Suisse ne parvienne pas à sauver ses institutions financières après l'éclatement d'une bulle», déclare Christian Lüthi, directeur de l'Alliance climatique Suisse.

La Suisse accuse un retard par rapport à l'UE dans les domaines suivants:

  • L'obligation fiduciaire d'adopter une démarche responsable face aux risques climatiques devrait être inscrite dans le droit communautaire pour les investisseurs institutionnels d'ici l'été 2018. Jusqu'à présent, le Conseil fédéral n'est pas entré en matière sur ce point et ne semble pas vouloir le faire.
  • L'UE devrait prochainement adopter une mesure ayant pour but l'obligation de déclarer des risques climatiques, telle qu'appliquée en France. Le Conseil fédéral, quant à lui, estime en la matière pouvoir compter entièrement sur le des mesures volontaires. Dès lors, les institutions financières suisses qui souhaitent être actives dans l'espace européen seront désavantagées. La Suisse risque de devenir un refuge pour les investissements non durables, nuisibles pour le climat.
  • Dans le cadre du système européen de surveillance financière, des plans sont en cours d'élaboration sur la manière dont les risques climatiques pourraient faire partie des mandats de surveillance financière. En Suisse, il n'y a pas de débat institutionnel au sujet d'un éventuel mandat de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA et de la Banque nationale suisse (BNS) de tenir compte des risques climatiques.
  • Le «Conseil consultatif sur l'avenir de la place financière suisse», créé par le Conseil fédéral, ignore les risques climatiques, même si l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a conclu dans une étude que les investissements de la place financière suisse alimentent un scénario de changement climatique de 4 à 6 degrés. Tout laisse à penser que l'avenir de la place financière suisse dépend de la réduction des risques climatiques.
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly