La protection du climat et l'adaptation au changement climatique nécessitent de très importants investissements. Qu'est-ce que cela veut dire en termes matériels et de finance ? Que faut-il faire ?

Les pays industrialisés se sont engagés à soutenir financièrement les pays en développement pour la protection du climat et l'adaptation au changement climatique. Cependant, les premiers paiements destinés à l'aide au développement ont été  déviés par la plupart de ces pays, y compris la Suisse. Cela contredit les accords précédents et compromet la conclusion d'un contrat global sur le climat.

Un nouvel accord international sur le climat a été adopté en 2015, avec l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 2°C, voir 1,5°C (par rapport au début de l'industrialisation), et d'épargner la planète des conséquences catastrophiques. Migration, sécheresses, inondations... les coûts de ces impacts sont déjà avérés par plusieurs rapports et si l'humanité n'agit pas maintenant, les dommages et coûts seront  beaucoup plus élevés. Ces dernières années, les besoins financiers à court et moyen terme pour la protection du climat et les mesures d'adaptation ont mis les pays industrialisés et les pays en développement du Sud les uns contre les autres. A qui serait la responsabilité de tout cela et des actions à entreprendre ensuite?

Lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat à Copenhague (2009), les pays industrialisés se sont engagés à payer conjointement 100 milliards de dollars par an pour des mesures climatiques dans les pays en développement à partir de 2020. Compte tenu de leurs propres besoins financiers, ils espèrent y arriver en compensant autant que possible les flux financiers existants de financement de la lutte contre le changement climatique, en particulier les fonds d'aide au développement.

Jusqu'à présent, la Suisse a tenu son engagement de Copenhague avec le budget de développement. Cependant, afin de générer réellement des impacts positifs supplémentaires liés au climat, il est impératif d'exploiter de nouvelles sources de financement pour le climat. La question du financement est au coeur de l'accord de 2015 et engage tant les pays développés comme ceux en développement, à atteindre des objectifs de réduction des émissions à partir de 2020.

L'Alliance climatique est convaincue que la Suisse a maintenant besoin d'une feuille de route plus robuste sur la manière de lever des fonds pour le climat. Selon le Conseil fédéral, dans le budget de la Confédération, les dépenses publiques pour la protection internationale du climat s’élèvent à 250–300 millions de CHF par année. Les deux-tiers de cette somme représentent des «activités ayant un impact sur le climat » dans le cadre des projets actuels de développement. Cependant, ces contributions résultent en réalité de la réorientation de budgets du programme de coopération au développement consacrés à des programmes de lutte contre la pauvreté.

Avec des engagements aussi faibles, la politique suisse ne répond pas aux exigences pour un financement climatique responsable ni en montant des contributions, ni sur la manière de comptabiliser les contributions. Une contribution suisse proportionnelle à son poids économique global met son engagement minimum à hauteur de 1% de l’ensemble des pays industrialisés, soit 1 milliard de CHF par année (Source: Masterplan climat Suisse).

Au-delà des financements, l'introduction d'une taxe sur le CO2, comme une taxe sur les billets d'avion, est tout à fait concevable et objet de nombreuses discussions à l'heure actuelle. Cela pèserait directement sur les responsables du changement climatique et aurait un effet supplémentaire de protection du climat. Une taxe sur les transactions financières permettrait également d'intégrer dans le financement le facteur de la force économique des particuliers.

La meilleure façon de créer la base juridique nécessaire serait de le faire dans le cadre de la réforme prévue de la fiscalité environnementale. 

Jürg Staudenmann, Alliance Sud

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly